PRINCIPE

                                   " Dynamique du mycelium"

 

       Abordant  le cycle de la morille  nous avons retenu le scenario suivant:
Le carpophore ne fructifie pas sur le mycélium de l'année précédente mais sur un mycélium nouveau et très récent, dernier avatar d'un cycle conidien, développé en  toute fin d'hiver ou même en début de printemps. Le mycélium conidien, semi nomade, se perpétue, se reproduit de façon aléatoire plusieurs fois dans l' année quand des conditions favorables se présentent. Tant mieux s'il est suffisamment abondant  et développé  lorsqu'arrive l'époque de la fructification. Sinon....

  L'idée vient naturellement d'aider la nature en  multipliant ce mycélium pour qu'il  soit  prêt en abondance quand commence la période de fructification.

   Or il se trouve que cette multiplication est aisée à obtenir, peut se faire toute l'année hors du site de culture envisagé.

  On  pourra ainsi disposer de quantités importantes  en temps voulu et cette question de calendrier a sans doute beaucoup d'importance. La fructification se produit  dans le bon créneau climatique. l' expérience nous apprend que ce créneau est court et que le mycélium doit être "à l'heure". Il ne s'agit pas de rater le coche. les aléas climatiques n'offrent pas tous les ans une "fenêtre de tir" suffisante pour qu' un mycélium étique ou mal réveillé ait une bonne chance de produire des carpophores. Il ne faut pas manquer l'occasion.

   "Après l'heure ce n'est plus l'heure", "avant l'heure ce n'est pas l'heure"; Mais être parfaitement prêt  "un peu avant l'heure" c'est plus prudent.

   Chacun pressent  qu'il ne doit pas être très difficile d'obtenir un mycélium un peu en avance sur la saison, soit par un léger forçage, soit par l'utilisation de produits végétaux qui favorisent le déclanchement de son développement précoce. 

    Affinons:    Nous avons  tout intérêt à dissocier l'activité " production de mycélium" de l'actitvité " production de carpophore". Cela ne contredit pas notre souci de  culture naturelle.(tout pépiniériste fait ce genre de distinction et fait germer des graines avant de transplanter ).

   Nous pourrons ainsi  frapper tôt,  frapper fort,  frapper  vite et  juste. Car la campagne sera brève, comme une  guerre éclair, avec comme objectifs: occuper la totalité du terrain avant les concurrents, en masse  surabondante pour saturer les prédateurs,  accaparer avant  tout autre organisme la totalité des ressources utiles. Telles  sera le rôle de ce mycélium  bien préparé et dynamique.

                                                                                                                                                                                  VOIR:             LE  TERRAIN

                                                                                                                                                                                                         ETAPES DE LA CULTURE

 

  

PRINCIPE